FIFA : fin de partie pour Michel Platini

0

 Par Rémi Dupré

Michel Platini jouait à quitte à double sa survie politique. Las. Radié six ans par le comité d’éthique de la Fédération internationale de football (FIFA), le président de l’Union des associations européennes de football (UEFA) a vu sa suspension confirmée mais allégée de deux ans, lundi 9 mai, par le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne : ce qui équivaut à un bannissement de quatre ans.

Cette décision scelle la chute de l’ex-numéro 10 des Bleus, qui ne retrouvera donc pas son poste avant l’ouverture de l’Euro 2016, organisé du 10 juin au 10 juillet en France. « Sa carrière est terminée. C’est le scénario catastrophe », assure l’un des proches de l’icône de 60 ans, qui dirigeait l’UEFA depuis 2007. Selon ses avocats, Michel Platini remettra sa démission de président de l’UEFA au prochain Congrès.

« Je prends acte de la décision de ce jour du TAS mais je la vis comme une profonde injustice, a réagi l’ex-joueur dans un communiqué. Cette décision m’inflige une suspension m’empêchera de facto et, comme par hasard, de me présenter à la prochaine élection du président de la FIFA (en mai 2019). »

La décision du TAS, prise à l’unanimité par les trois arbitres désignés, met un point final à une bataille politico-judiciaire qui durait depuis huit mois. Celle de ladite affaire du paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros), fait en février 2011, par le Suisse Joseph Blatter, alors président de la FIFA, à son ancien protégé Michel Platini.

Versement « déloyal »

Le 24 septembre 2015, le parquet suisse avait ouvert une procédure pénale à l’encontre du dirigeant du foot mondial pour ce versement « déloyal » effectué « prétendument » pour des travaux réalisés par Michel Platini lorsqu’il officiait comme conseiller de Blatter entre janvier 1999 et juin 2002. L’ex-numéro 10 avait, lui, été entendu comme « personne appelée à donner des renseignements », un statut équivalent à celui de témoin assisté dans le droit français.

Lire aussi :   FIFA : Michel Platini abat sa dernière carte

A l’instar de Blatter, Platini avait été banni, le 21 décembre, pour huit ans pour « abus de position », « gestion déloyale » et « conflit d’intérêts » par le comité d’éthique de la FIFA en vertu de ce fameux versement de 2011 « sans base légale dans le contrat signé par les deux parties le 25 août 1999 ». Candidat à la succession du patriarche suisse, l’ex-joueur a été contraint de déclarerforfait, le 7 janvier, laissant son secrétaire général Gianni Infantino se faire couronner à la tête de l’institution. Le 24 février, la commission des recours de la FIFA a allégé de deux ans la sanction infligée au duo au regard « des services » rendus au ballon rond.

Saisi pour examiner le dossier sur la forme, le TAS avait confirmé, le 11 décembre, la suspension provisoire de quatre-vingt-dix jours de Platini. Le 29 avril, les juges de Lausanne ont auditionné l’ex-capitaine des Bleus pour se déterminer sur le fond de l’affaire. Pour cette audience décisive, Platini avait choisi comme témoins son ami Jacques Lambert, patron de la société d’organisation de l’Euro 2016, et l’Espagnol Angel Maria Villar, premier vice-président de l’UEFA. Pour sa part, le comité d’éthique de la FIFA avait convié Sepp Blatter à la barre.

Mauvais augure pour Blatter

« L’audience ne pouvait pas mieux se passer », s’enthousiasmait pourtant un proche de Platini, qui accuse « certains à la FIFA » de l’avoir « empêché de devenir président de la FIFA ». « Il y a eu une convergence de témoignages. Blatter a été parfait, évoquant l’arriéré de salaire qu’il devait à Platini. On ne doute plus de la nature de la prestation de ce dernier à la FIFA. Les arbitres connaissaient le dossier et les écritures par cœur. La défense de la partie adverse était, elle, en demi-teinte. Pour le comité d’éthique de la FIFA, Platini a été payé en 2011 pour soutenir Blatter lors de son élection pour un quatrième mandat. »

Les défenseurs du triple Ballon d’or avaient notamment insisté sur le « contrat oral » passé entre Platini et Blatter pour ce « solde de salaires ». Ils avaient produit une facture en lien avec le fameux versement de 2011, paraphé à l’époque par Markus Kattner, actuel secrétaire général par intérim de la FIFA. Le 20 octobre 2015, Domenico Scala, patron du comité d’audit et de conformité de la Fédération internationale, avait accusé Blatter et Platini d’avoir falsifié les comptes de l’instance internationale.

« La somme des deux millions n’est jamais apparue dans les comptes de la FIFA avant le paiement effectif, en février 2011, avait alors confié le dirigeant. Les deux parties étaient membres du comité exécutif de la FIFA et approuvaient en connaissance de cause chaque année les bilans financiers qui étaient donc faux. »

Le TAS n’a pas été « convaincu de la légitimité de ce versement de deux millions de francs suisses reconnu par les seuls Messieurs Platini et Blatter, intervenu plus de 8 ans après la cessation des rapports de travail, ne reposant sur aucun document établi à l’époque des relations contractuelles et ne correspondant pas à la part du salaire prétendument impayée. La Formation a aussi constaté que M.Platini a bénéficié rétroactivement de l’extension d’unplan de prévoyance auquel il n’avait pas droit. »

Contactés par Le Monde, les avocats du comité d’éthique de la FIFA affichent leur satisfaction. « Maître Antonio Rigozzi et moi-même, ainsi que le reste de l’équipe (Me Robert-Tissot et Me McAuliffe), sommes très satisfaits par la décision et par les arguments de la décision tels qu’ils ont été résumés dans le communiqué de presse du TAS, confie l’avocat genevois Sébastien Besson. Le Tribunal arbitral a suivi l’argumentation de la FIFA sur les éléments les plus importants de l’affaire. Nous sommes également très satisfaits que la décision ait été rendue par un Tribunal arbitral unanime, ce qui renforce encore sa légitimité. Une analyse plus approfondie ne pourra être effectuée qu’après réception de la décision motivée. »

La confirmation de la sanction de Platini par le TAS n’est guère de bon augure pour son ex-mentor Blatter qui a, lui aussi, saisi la plus haute juridiction sportive. L’ex-patron du foot mondial, 80 ans, attend la date de son audience. L’Helvète n’a pas souhaité commenter la décision du TAS sur le cas Platini. Quant à son ancien protégé, il entend saisir la justice suisse et ne s’accrochera guère à son trône à l’UEFA « comme convenu avec les associations nationales ». Le 18 mai, à Bâle, le comité exécutif de l’instance européenne doit statuer sur le cas de son dirigeant suspendu.

Le gouvernement de l’UEFA pourrait ainsi organiser en urgence l’élection du successeur de « Platoche », en faisant fi du délai de trois mois de campagne électorale prévu par ses statuts. Le Hollandais Michael Van Praag et le Portugais Fernando Gomes figurent parmi les prétendants putatifs. Si les dignitaires de l’organisation décidaient de se laisser du temps, c’est l’Espagnol Angel Maria Villar qui remplacerait, sur le plan protocolaire, l’ex-numéro 10 des Bleus durant l’Euro 2016.

De son côté, la Fédération française de football « respecte la décision du Tribunal Arbitral du Sport concernant Michel Platini. L’institution tient «  néanmoins à saluer le travail accompli par Michel Platini et la qualité d’un homme qui a toujours œuvré dans l’intérêt du football notamment comme président de l’UEFA . » En dépit de la suspension de Platini, la France ne sera pas dépourvue de représentant au sein du comité exécutif de l’UEFA suite à l’élection le 3 mai de Florence Hardouin, numéro 2 de la FFF, au gouvernement de l’instance.

LE MONDE 

print
Share.

About Author

Leave A Reply